Warnings from Québec: Part II

How media giant Quebecor’s play for a new hockey arena helped ice the PQ. Part 2 of 3

This article originally appeared at TheTyee.ca — la version traduite se trouve ci-dessous

In the first part of this essay yesterday I laid out Quebecor’s dazzling array of media properties and began to draw some connections between these business units and how they function together. I suggested that the same core ideology underlies both the operations of the media empire and the editorial voice by which it communicates to the public. I presented examples that demonstrate how this editorial voice is anxious and xenophobic, presenting an image of Québec as isolated, dysfunctional, and threatened.

L'assemblée nationale du Québec. The provincial legislature.

The thing is, Québec isn’t actually broken, yet. Just ask Pierre Curzi, Louise Beaudoin, Lisette Lapointe, Jean-Martin Aussant, or Benoit Charette.

The names of those five legislators might be familiar for a couple of reasons. All were elected under the banner of the provincial Parti Québecois. Before June 6, 2011, the first three popped up fairly often in anglophone news coverage. Variously described as “heavy hitters,” “hardliners,” and “hawks,” Curzi, Beaudoin and Lapointe were counted among the party’s most committed and vocal sovereignists. All three could be counted on to give controversial, even inflammatory quotes. On that morning in June, we were summoned to a news conference in a room traditionally reserved for big announcements. The trio didn’t disappoint. At 11 AM, they announced their resignation from the PQ. They would now sit as independents.

Individual politicians quit or cross the floor from time to time, but this was far more shocking. Press Gallery veterans scowled over their Blackberries, hammering out Twitter updates and terse emails to news desks. When it came time for questions, we were hesitant, perplexed, contemplative.

In the days following, a grim rhythm emerged.

Aussant and Charette held individual news conferences in the same room, also at 11 AM, announcing they too could no longer remain true to their principles and remain part of the PQ caucus. These were no mere backbenchers. All five were members of the shadow cabinet, and natural picks for ministerial portfolios in the event of a PQ government. Why would they throw that away?

Continue reading at TheTyee.ca

Les démissionaires. Beaudoin, Curzi and Lapointe quit the PQ caucus.

Un avertissement en provenance du Québec – partie II

Hier, dans la première partie de cette dissertation, j’ai mis en lumière l’incroyable réseau de propriétés médiatiques de Quebecor et commencé à établir des liens entre ces unités d’affaires et la façon dont elles travaillent ensemble.

J’ai avancé que la même idéologie est au cœur à la fois des opérations de cet empire médiatique et de la ligne éditoriale qui prévaut dans ses communications avec le public. J’ai présenté des exemples qui démontrent comment cette ligne éditoriale est agitée et xénophobique, montrant le Québec comme étant isolé, dysfonctionnel et menacé.

En fait, le Québec n’est pas brisé, du moins pas encore. Demandez à Pierre Curzi, Louise Beaudoin, Lisette Lapointe, Jean-Martin Aussant ou Benoit Charette.

Les noms de ces cinq élus sont familiers pour quelques raisons. Tous ont été élus sous la bannière du Parti Québécois. Avant le 6 juin 2011, les trois premiers étaient souvent mentionnés dans les bulletins d’information anglophones. Décrits comme des « heavy hitters », des « hardliners » ou des « hawks », Curzi, Beaudoin et Lapointe figuraient parmi les souverainistes les plus engagés et les plus vocaux du parti. On pouvait compter sur ces trois-là pour fournir des citations controversées, voire incendiaires.

Ce matin-là de juin, nous avons été conviés à une conférence de presse dans une pièce généralement réservée aux grosses annonces. Le trio n’a pas déçu. À 11h, ils ont simultanément démissionné du PQ afin de siéger comme indépendants.

Il arrive que des politiciens démissionnent ou changent de parti, mais cette fois, c’était beaucoup plus étonnant. Les vétérans de la Tribune de la presse martelaient frénétiquement leur Blackberry, publiant sur Twitter et envoyant de brefs courriels à leur pupitre. Quand est venu le temps de poser des questions, nous étions hésitants, perplexes, contemplatifs.

Dans les jours suivants, une atmosphère lourde s’est installée.

Aussant et Charette ont tenu des conférences de presse distinctes dans la même pièce, également à 11h, pour annoncer qu’eux non plus ne pouvaient plus demeurer membres du caucus du PQ s’ils souhaitaient rester fidèles à leurs principes.

Il ne s’agissait pas de simples backbenchers. Les cinq étaient membres du cabinet fantôme et constituaient des choix naturels pour devenir ministres advenant un gouvernement péquiste. Pourquoi rejetteraient-ils cette possibilité?

Pierre Curzi, qui est régulièrement cité parmi les politiciens les plus populaires au Québec, a travaillé pendant des décennies comme acteur et auteur. Il est probablement plus connu à l’extérieur du Québec pour ses rôles dans les films de Denis Arcand Le déclin de l’empire américain et Les invasions barbares.

Son style politique est théâtral, mais sincère. On s’est moqué de lui pour plusieurs gaffes, mais toutes relevaient de son désir passionné de protéger la culture francophone du Québec. Jusqu’à sa démission, il était le critique de l’opposition en matière de Culture, d’Immigration et de Langue.

Louise Beaudoin a été présentée comme une démone souverainiste au moins aussi souvent que Curzi. Elle est à l’avant-scène du mouvement souverainiste depuis 40 ans. Au printemps dernier, quand une délégation sikhe a dû rebrousser chemin à l’Assemblée Nationale parce qu’elle refusait de se séparer de son kirpan, cette phrase de Louise Beaudoin a fait le tour du monde médiatique anglophone : « Si le multiculturalisme est une valeur canadienne, ce n’est pas une valeur québécoise. »

Peu de gens au Canada anglais ont saisi sa référence à une politique specifique du gouvernement de Pierre-Elliott Trudeau (que même le fils de ce dernier, le député libéral Justin Trudeau, suggère de rebaptiser « interculturalisme »). J’étais de ceux qui tenaient un micro devant la bouche de Mme Beaudoin à ce moment. Elle n’est pas raciste, dans la mesure où mon radar pour ce genre de choses est bien ajusté. Elle était la critique de l’opposition en matière de relations internationales et de Francophonie.

Lisette Lapointe, qu’elle le veuille ou non, est surtout connue pour être la femme de Jacques Parizeau, le premier ministre du Québec qui a perdu le referendum de 1995 par un poil de moustache. Éternels insatisfaits du rythme d’accession à la souveraineté depuis, le couple est une épine dans le pied dans la chef du PQ, Pauline Marois. Lapointe était la critique de l’opposition pour les aînés.

Jean-Martin Aussant est un économiste et un consultant en finances. Éduqué en Angleterre et en Espagne, il était vice-président chez Morgan Stanley Capital à Londres avant d’être embauché comme gestionnaire de portefeuille principal à l’Office d’investissement des régimes de pension du secteur public du Canada. Il occupait le poste de critique de l’opposition en matière d’institutions financières.

Benoit Charette est le dernier à avoir remis sa démission. Plus jeune du groupe, il a néanmoins laissé vacant un trou bien précis dans le parti. Je l’ai remarqué pour la première fois quand il est apparu en Haïti l’automne dernier, afin de servir de superviseur d’élection bénévole. Il appert qu’il voyage fréquemment en Haïti depuis 15 ans. Il parle la langue de l’endroit. Sa femme, Marianne Bégin, est Haïtienne. Leurs trois enfants sont mulâtres. Il était le critique à l’immigration.

Chacun des cinq démissionnaires a invoqué des raisons différentes pour expliquer son geste. Une perte de confiance envers le plan du parti pour accéder à la souveraineté. Une chef aveuglée par l’attrait du pouvoir. L’impossibilité de tenir des débats à l’intérieur du caucus. Une culture d’obédience. Tous ont souligné le fait qu’ils demeuraient souverainistes, mais que la fin ne justifiait plus les moyens.

Assis sur ma chaise pliante dans la « salle brune » cette semaine-là, posant des questions et écoutant les réponses, j’ai réalisé que je n’avais jamais entendu parler des politiciens comme cela. C’était comme si un interrupteur avait été désactivé et que le champ magnétique de la partisanerie était éteint.

J’ai eu l’impression que le jour où un élu quitte son caucus est le jour le plus honnête de sa vie politique. Des mois, voire des années dans certains cas, de frustrations accumulées étaient libérées de façon éloquente. C’était bien avant qu’un seul de ces cinq députés commence à parler de fonder un nouveau parti ou de remplacer Pauline Marois. Leur instinct leur avait simplement dit qu’il fallait qu’ils quittent. Nous nous retrouvions à les regarder négocier avec les conséquences, en direct.

Et dans chacune de ces conférences de presse, le fiasco de l’amphithéâtre de Québec faisait partie de la trame.

C’était des jours étranges pour le PQ, jours dont le parti pourrait ne jamais se remettre totalement. Ce qui devait être un vote de routine, garanti par les lignes de partis, s’est transformé en affrontement et a déchiré l’opposition officielle.

Voici ce qui s’est passé. Quebecor s’est rendu compte que, dans sa hâte de signer une entente sans appel d’offres pour la gestion de l’amphithéâtre avec la Ville de Québec, elle avait oublié un détail. Un ancien haut fonctionnaire de la Ville, Denis de Belleval, faisait publiquement part de son intérêt à possiblement porter l’affaire devant les tribunaux.

(Ce n’était pas qu’une menace. Il est l’un des citoyens qui demandent maintenant à la Cour d’annuler l’entente.)

Ensemble, Quebecor et les avocats de la Ville ont donc ébauché un projet de loi spéciale qui garantirait de façon rétroactive l’immunité à cette entente jusque-là secrète, qui n’a été finalisée et rendue publique que la semaine dernière. Mais la session parlementaire achevait. Régis Labeaume, le maire de Québec, a donc passé la rondelle à une députée locale, la toujours fidèle Agnès Maltais.

Le rôle de Maltais était de déjouer la défensive et de trouver une façon de forcer un vote sur la question avant que les élus ne partent en vacances pour l’été. Maltais, Péladeau et Labeaume ont tous décrit l’urgence de la même façon : si la loi n’était pas adoptée et que de Belleval était en mesure d’emmener la cause devant les tribunaux, la LNH en entendrait parler et prendrait ses jambes à son cou.

Au diable les affirmations répétées de la Ligue à l’effet qu’elle n’a pas dans ses plans d’offrir son pain et ses jeux à la Ville de Québec. Au diable le fait que, équipe ou pas, la construction de l’aréna était devenue une certitude le jour où le gouvernement a trouvé 200 M$ dans les craques du divan. De la façon dont le PDG et ses alliés politiques l’ont présentée, la loi spéciale était essentielle pour protéger l’entente de gestion et le bail.

À défaut d’un vote unanime avant la fin de la session parlementaire, le rêve de revoir les Nordiques était en péril. Un vote contre le projet de loi était un vote contre le hockey. En d’autres mots, un suicide politique.

Tout le monde avait en tête l’insurrection qui avait chassé les Conservateurs hors de Québec le 2 mai. Au milieu des pleurs et des grincements de dents ce soir-là, je ne pouvais m’empêcher de me souvenir de jours plus heureux, quand ces mêmes députés vaincus se faisaient photographier tout souriants et le pouce en l’air dans leur chandail bleu des Nordiques. C’était avant que Stephen Harper ne fasse marche arrière sur le projet. D’après certains experts, ce recul perçu a coûté aux Conservateurs leur forteresse.

Voilà pourquoi je ne crois pas que le croisement d’intérêts entre Quebecor et le PQ soit un accident. Je ne crois pas à l’explication d’Agnès Maltais à l’effet que, à titre de députée locale de Québec, elle n’avait d’autre choix que de devenir la porte-parole du maire et de l’empire médiatique.

Maltais est une ancienne ministre d’expérience, comme Pauline Marois, à qui elle est d’ailleurs férocement fidèle. Leur parti croupit dans l’opposition depuis 2003. Avant la débâcle de l’aréna, le PQ tournait autour du seuil magique de 40% dans les sondages, loin devant les Libéraux au pouvoir. L’amphithéâtre avait toutes les allures d’une clé de voûte populiste qui garantirait au PQ une majorité.

Sans consulter son caucus, Marois a donc ordonné que soient rassemblés tous les arguments nécessaires pour défendre le projet de loi. L’opposition devait abandonner son rôle de critique des dépenses inconsidérées ou d’intérêt particulier du gouvernement et devenait gentiment, un député à la fois, défenseure d’une entente secrète à rabais qui, autrement, pourrait bien être déclarée illégale par les tribunaux.. Du coup, Marois et son parti s’assoyaient sur les genoux de Quebecor.

J’ai dit dans la première partie de cet essai qu’il y a un genre particulier d’idéologie politique qui fonctionne très bien à l’intérieur d’un certain genre d’aquarium. Le populisme à saveur cynique prôné par Maltais et Marois dans ce dossier fonctionne parfaitement dans le monde de Quebecor.

Cette tentative d’enfoncer le projet d’amphithéâtre dans la gorge du caucus n’était que le point culminant d’un changement stratégique à plus long terme émanant de la clique dirigeante du PQ. Ce n’est pas un hasard si la description que fait Pauline Marois du Québec du gouvernement libéral est si proche de celle qu’en fait la ligne éditoriale de Quebecor : sans le sou, lourd et malade, en ruines, corrompu et abusé. Plutôt qu’une solution, voici une équipe de hockey.

Marois a fait une maladresse mémorable peu de temps après mon arrivée à la tribune de la presse. Interrogeant Jean Charest lors de la période de questions, elle a affirmé que « ce que nous attendons de notre premier ministre, c’est qu’il défende ce petit peuple en Amérique, ce petit peuple de francophones ».

Il est tabou de référer au Québec autrement que comme une grande et fière civilisation. Alors que le côté libéral de l’Assemblée commençait à rigoler, Marois a complètement perdu la carte : « PETIT EN NOMBRE! », s’est-elle écriée, la voix cassante. Petit en nombre. Seulement 2% de l’Amérique du Nord. Mais les dommages étaient faits. Une drôle de réalité venait de se frayer un chemin.

Pour Pauline Marois, le Québec est petit. Une petite île, sujette à être emportée par les flots. Son type de partisanerie négative est à son mieux dans une bulle hermétique, dans laquelle les gens ne parlent qu’une langue, regarde une seule chaîne d’information et son toujours légèrement apeurés.

Voilà pourquoi je considère que l’identité des cinq démissionnaires du PQ n’est pas une coïncidence. Tous sont profondément en contact avec ce qui rend le Québec extraordinaire. Voilà pourquoi tous demeurent convaincus que le Québec pourrait un jour devenir un pays.

Je ne partage pas leur objectif, mais je ne leur en veux pas non plus d’afficher leur fierté envers leur culture. Curzi a passé toute sa carrière en compagnie des meilleurs artistes du Québec. Beaudoin, une citoyenne du monde, a participé à l’élaboration de la Déclaration universelle de l’UNESCO sur la diversité culturelle.

Lapointe, elle-même une citoyenne de l’âge d’or, défend les gens qui assurent un lien avec l’histoire du Québec. Quant à Charette, il constate chaque fois qu’il rentre à la maison à quel point les cultures sont plus fortes quand elles tendent la main, se joignent et deviennent hybrides. Bonne chance si vous souhaitez haïr les minorités devant un type dont les enfants sont Noirs.

Jean-Martin Aussant aurait pu faire beaucoup d’argent n’importe où dans le monde, mais est revenu au Québec pour servir l’intérêt public.

« Je ne tiens pas nécessairement à être député », m’a expliqué Aussant en anglais. Il est le seul des acteurs de cette histoire qui ait accepté de parler et sa déclaration d’ouverture donne une idée pourquoi.

« Si les gens n’aiment pas ce que je dis, je ne suis pas réélu et je fais quelque chose d’autre de ma vie. Ça me convient parfaitement. »

Selon lui, la plupart des politiciens n’ont simplement pas cette liberté et « se retrouvent par conséquent un beau jour à devoir choisir entre ce qui va être bon pour leur carrière ou pour l’intérêt public ».

Aussant voit les difficultés actuelles du PQ comme un châtiment pour avoir fait le mauvais choix. Péladeau, dit-il, « n’avait absolument rien à perdre ». La direction du parti n’a pas vu cela et a fait « un énorme mauvais calcul ».

Pour la petite histoire, Aussant est un fan de hockey. Il aime le Canadien. « Si je veux pouvoir haïr les Nordiques, il faut d’abord qu’ils existent. Alors je veux qu’ils reviennent. Mais je crois que nous aurions pu faire cela d’une meilleure façon, sans considérer la population comme une sorte de marchandise électorale. »

L’ironie de voir le Parti Québécois défendre rubis sur ongle les intérêts corporatifs de Quebecor est que Quebecor ne se formalise pas du tout des intérêts du Parti Québécois. Quand le parti a commencé à sombrer à cause de la révolte entourant le dossier de l’amphithéâtre, les gros titres étaient aussi assassins que ceux qui avaient déjà été plantés dans le dos des Libéraux.

Pire, le PQ est un parti social-démocrate, qui prône typiquement une hausse des taxes et une attitude dépensière. Cette philosophie d’un gouvernement fort va complètement à l’encontre de l’idéologie économique de Quebecor. Si Pauline Marois avait pris le pouvoir, il semble peu probable que son appui au projet d’amphithéâtre de Quebecor lui aurait épargné le moindre mauvais traitement.

Pierre Karl Péladeau avait affirmé en 2000 au Globe & Mail : « Je ne crois pas que ce soit mon rôle de commenter la politique. Ce n’est même pas d’intérêt pour moi, je gère une entreprise mondiale. »

C’était avant que Stephen Harper ne construise sa grosse tente bleue et bien avant que l’émergence de François Legault comme alternative pour la droite au Québec. Cet ancien ministre du PQ promet de lancer un nouveau parti à l’automne et des sondages suggèrent déjà qu’il pourrait arriver à former un gouvernement majoritaire.

Jean-Martin Aussant estime que Legault est l’allié naturel que Quebecor attendait. « Monsieur Péladeau est un homme d’affaires, François Legault est un homme d’affaires. Ils ont tous deux des idées de droite assez claires. Je crois que M. Péladeau serait honnêtement satisfait si quelqu’un comme François Legault dirigeait le Québec. »

Aussant va jusqu’à remettre en question l’impartialité du chroniqueur politique vedette de TVA. « Quand on écoute Jean Lapierre, il ne dit jamais rien de mal contre François Legault. On dirait qu’il est son lobbyiste en chef présentement. Je crois qu’il y a un lien, un lien naturel parce qu’ils ont les mêmes intérêts. »

Considérant le nombre de fois où je me souviens avoir vu un François Legault confiant et souriant en première page des tabloids de Quebecor, des drapeaux du Québec ondulant derrière lui, je ne peux m’empêcher de penser qu’il a peut-être raison. Qu’arrive-t-il quand des entreprises médiatiques aussi puissantes commencent à choisir leur camp?

C’est une question qui mérite qu’on s’y attarde, que vous viviez à Brossard, Markham ou Parksville. Il est vrai que Quebecor est un exemple unique de convergence médiatique. Dans son territoire natal, sa portée et son influence sont inégalées.

Mais plusieurs provinces et villes sont le théâtre d’une concentration de la presse aux mains d’un empire médiatique. Prenez l’exemple du groupe de la famille Irving au Nouveau-Brunswick ou du « coup double » frappé chaque jour par Postmedia à Vancouver (The Province, Vancouver Sun). Depuis les années 90, la tendance nationale est claire : de moins en moins de propriétaires rejoignant de plus en plus de paires d’yeux.

Les grands médias sont-ils politiquement biaisés? Difficile à dire. Quebecor, pour une, a refusé de répondre à nos questions pour cet essai.

L’une des rares mesures disponibles est la recommandation que font généralement les journaux à la fin d’une élection. En 2006, au Canada, tous les journaux sauf trois favorisaient les Conservateurs.

Le Toronto Star a choisi les Libéraux alors que Le Devoir recommandait le Bloc québécois. Les deux quotidiens sont indépendants.

Le Kingston Whig Standard avait choisi un candidat local du Parti vert. Alors membre de la chaîne de journaux Osprey, il a depuis été acquis par Quebecor. Durant l’élection de 2011, le Whig Standard est resté au-dessus de la mêlée.

Le Devoir est resté fidèle au Bloc et le Toronto Star a changé pour le NPD. La Presse et Le Soleil, propriétés de Gesca, ont porté leur attention sur des comtés spécifiques. Tous les autres journaux importants à émettre une recommandation ont encore choisi les Conservateurs.

C’est un drôle de pattern, considérant les choix réeles du public qu’ils servent. Est-ce que cela a un impact sur les opérations au jour le jour? Je crois que le fardeau de prouver le contraire leur appartient.

La troisième partie sera publiée demain. Je m’y intéresse au pouvoir des sondages et à la façon dont les politiciens sont manipulés par les médias. Je m’intéresse aussi aux opérations de Quebecor au Canada anglais et aux leçons qu’en tirent les autres entreprises de télécommunications. La dissertation se termine avec une réflexion sur l’état du débat public dans les médias canadiens.

Advertisements
7 comments
  1. dianaros said:

    Très beau travail d’analyse. J’apprécie la forme dans les deux langues, le fond et plus généralement votre Blog. I’ll be watching (following) you ! de Biarritz France ! Dianaros !

  2. At least some bloggers can write. My thanks for this post.

Continue the conversation

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: