Warnings from Québec: the roots of ‘Fox News North’

Beware the agendas of media barons. Sun News Network’s vitriol feeds a wider erosion of our public conversation. Last in a series.

This article originally appeared at TheTyee.ca — la version traduite se trouve ci-dessous

In the second part of this essay, yesterday, I wrote about the brief and unfortunate romance between the Parti Québecois and Quebecor. When the party leader ordered the caucus to support the media company’s arena project, five MNAs bolted and the party plunged into a tailspin. Speaking to Jean-Martin Aussant, one of the newly independent lawmakers, he told me he believes Quebecor has found a far more natural dance partner: a former PQ cabinet minister now launching a new right-wing, nationalist party.

The special law protecting the arena deal was supposed to pass unanimously in the spring. It didn’t, principally thanks to — not the PQ implosion — but the heroics of two independent MNAs from opposite ends of the political spectrum. Éric Caire is a fiscal conservative from the Québec City region, originally elected under the right-wing ADQ banner. Amir Khadir is the leader of Québec Solidaire, a quasi-Marxist alliance of Montréal-based social justice activists. (Interim NDP leader Nycole Turmel was, until recently, a member.)

When Quebecor’s CEO Pierre Karl Péladeau came to the National Assembly to testify before a parliamentary committee on the arena law, we were treated to the heartwarming sight of two elected officials actually doing their job. That is, they asked PKP (on his own live television channel) exactly how the deal benefited anyone aside from Quebecor.

Continue reading at TheTyee.ca

Quebecor's Jack of Hearts.

Un avertissement en provenance du Québec – partie III

Dans la deuxième partie de cet essai, hier, j’ai parlé de l’amourette entre le Parti Québécois et Quebecor. Quand la chef du PQ a ordonné à son caucus de se ranger derrière le projet d’amphithéâtre du conglomérat, cinq députés ont pris leurs jambes à leur cou et le parti a piqué du nez.

Jean-Martin Aussant, l’un des élus nouvellement indépendants, m’a confié croire que Quebecor avait trouvé un partenaire de danse beaucoup plus naturel : un ancien ministre du PQ qui s’apprête à lancer un nouveau parti nationaliste de droite.

Le projet de loi spéciale protégeant l’entente de l’amphithéâtre était censé être adopté unanimement au printemps. Il ne l’a pas été, en bonne partie grâce non pas à l’implosion du PQ, mais à l’héroïsme de deux députés indépendants provenant de positions complètement opposées du spectre politique.

Éric Caire est un conservateur économique de la région de Québec, élu à l’origine sous la bannière de l’ADQ, un parti de droite. Amir Khadir est le leader de Québec Solidaire, une alliance quasi marxiste d’activistes de la justice sociale basés à Montréal. (La chef par intérim du NPD, Nycole Turmel était membre jusqu’à tout récemment).

Quand Pierre Karl Péladeau est venu à l’Assemblée Nationale pour témoigner devant un comité parlementaire à propos du projet de loi spéciale, nous avons eu droit à la vision rassurante de deux députés faisant pour une fois leur travail.

Ils ont interrogé PKP (en direct sur sa propre chaîne d’information continue) à savoir comment exactement l’entente devait être profitable pour quiconque à l’extérieur de Quebecor.

Éric Caire a été la vedette de cette séance du comité. Limité par le peu de temps de parole que lui procurait son statut de député indépendant, il a adopté un style d’interrogatoire en rafale, semblable à ceux que l’on peut entendre devant un tribunal. En moins de deux minutes, il a forcé Péladeau à dévoiler son bluff : l’idée que le projet d’amphithéâtre serait mort si le projet de loi n’était pas adopté immédiatement.

Caire, probablement assiégé par certains de ses électeurs fans de hockey et en furie, s’est par la suite retiré et a laissé Khadir prendre les devants pour le deuxième acte : la promesse dramatique d’opposer son veto au projet de loi jusqu’à la fin de la session parlementaire.

Utilisant cette menace, le premier ministre Jean Charest a annoncé que le débat reprendrait après l’été et s’en est lavé les mains. Pour ses efforts, Khadir a été sommairement condamné aux plumes et au goudron par (qui d’autre?) la meute d’hommes de main de Quebecor, appuyée en apparence par la population en général.

L’opinion publique

L’apparence d’une importante vague émotive au sein de la population est obtenue aux moyens de sondages commandés, un outil très puissant. Les politiciens se moquent toujours des sondages quand on leur demande de les commenter publiquement, mais ils en sont secrètement accros.

Ce sont des sondages qui ont convaincu Pauline Marois que l’amphithéâtre était un raccourci vers un balayage des comtés de la région de Québec. Et Quebecor commence maintenant à utiliser des sondages comme armes pour matraquer les obstacles qui se dressent devant elles, comme les opposants à son plan dans ce cas.

Cette semaine-là, la page couverture du Journal de Québec a été remplacée par un rectangle noir. La page couverture entière était noire, avec d’immenses lettres blanches : « LA COLÈRE GRONDE À QUÉBEC ». Le sous-titre: « Sondage exclusif ».

À l’intérieur, les chiffres étaient éloquents. Êtes-vous en faveur du projet d’amphithéâtre? Un retentissant 83% a répondu « Oui ». Êtes-vous satisfait de la façon dont le gouvernement a géré le dossier du projet de loi spéciale? 59% ont répondu « Non ». Croyez-vous que repousser le vote pourrait retarder la construction de l’amphithéâtre? 64% croyaient que oui.

Cette dernière question détonnait, en raison de ce que le premier ministre a réaffirmé tout au long du processus : que l’argent était déjà alloué et que la construction irait de l’avant comme prévu, avec ou sans équipe de hockey. Péladeau n’a eu qu’à suggérer le contraire et la meute, comme il se devait, a tranché.

L’une des questions était particulièrement ratoureuse : « Qui, d’après vous, est le premier responsable d’avoir retardé la construction de l’amphithéâtre? ». 34% ont désigné Amir Khadir. En deuxième place au palmarès des méchants, Denis de Belleval, l’homme qui contestait l’entente en cour, lui aussi une cible de choix des chroniqueurs de Quebecor.

La firme de sondages mandatée pour cette étude, et plusieurs autres au sein de l’empire Quebecor, était Léger Marketing, basée à Montréal. Je me dois ici d’avancer avec prudence. Léger Marketing est bien vue dans l’industrie des sondages. En se basant sur une variété de méthodes propriétaires, elle produit régulièrement des aperçus précis des intentions de vote et de l’opinion publique sur des enjeux politiques importants. La crédibilité de ce genre de firmes tourne autour de l’indépendance, mais la relation de Léger avec Quebecor remet légitimement en question cette indépendance.

Durant le temps des Fêtes l’an dernier, Quebecor a commandé un sondage sur la « Personnalité d’affaires 2010 ». Le gagnant fut Pierre Karl Péladeau. Un dirigeant de Léger Marketing est venu expliquer pourquoi sur la chaîne d’information continue de Quebecor. Premièrement, Péladeau avait lancé son nouveau réseau sans fil 3G à grand renfort de battage médiatique (dans ses propres médias). Il y avait aussi le lock-out dans son quotidien, le Journal de Montréal. Et bien sûr, il était omniprésent dans la couverture entourant la saga des Nordiques, en tant que propriétaire potentiel.

Tous des arguments valables, faits durant une période de l’année où l’actualité est tranquille. Mais le sondage a néanmoins fait froncer les sourcils. Après tout, le PDG de Léger, Jean-Marc Léger, fait partie du conseil d’administration du réseau de télévision de Quebecor. Il écrit aussi des chroniques dans les journaux du groupe.

En fait, il est l’un des chroniqueurs identifiés par Don Macpherson, de la Gazette, comme étant xénophobes. Léger n’est pas seulement critique vers les groupes ethniques qui demandent des accommodements « alors qu’ils méprisent notre langue et notre culture françaises ». Il déplore que « plusieurs autochtones vivent de subventions du gouvernement alors qu’ils ne respectent pas les lois du pays ».

En fait, dans cette seule et même chronique, écrite en juin, il s’est moqué des passeports canadiens, du gouverneur-général et ses lieutenants, des Libéraux provinciaux, des anglophones et des « bums de la rue ».

Je suis content que Jean-Marc Léger ait des opinions. J’en ai moi aussi. L’une d’entre elles est que les firmes de sondage devraient conserver un certain niveau d’indépendance par rapport à leurs clients. Si une entreprise médiatique entend publier les résultats d’un sondage en tant que « nouvelle » pour faire avancer ses propres intérêts corporatifs, il m’est d’avis qu’une firme de sondages intéressée à conserver sa propre crédibilité devrait refuser le contrat.

Plus simple encore, je crois que les sondages de l’opinion publique devraient être basés sur la réalité et que les questions ne devraient pas écrites à partir de la ligne éditoriale des clients.

Je n’ai aucune preuve d’une telle complicité entre Léger et Quebecor. Mais j’ai des questions. Comment le PDG d’une firme de sondage s’assure-t-il que ses opinions politiques se limitent à ses chroniques dans un journal? Quel est le procédé quand son entreprise se voit offrir un contrat? Combien de tergiversations y a-t-il à propos de la formulation et de l’ordre des questions? Bref, quels mécanismes assurent l’indépendance vis-à-vis les gros clients comme Quebecor?

J’ai appelé Léger Marketing et posé ces questions au directeur de la recherche. Il m’a répondu que le PDG lui-même aurait de meilleures réponses. Après plusieurs requêtes, j’attends toujours des nouvelles de Jean-Marc Léger. Quebecor a aussi refusé de commenter.

Il ne me reste donc que l’impression que l’opinion publique est utilisée comme arme pour faire avancer des causes privées auprès d’une classe politique soumise. J’apprécierais beaucoup que l’on puisse apaiser mon âme à ce sujet.

État de la situation

Rien de ce que j’écris ici n’est particulièrement nouveau. Je n’ai pas de scoop, que de l’information disponible publiquement. Mais je me sens forcé d’écrire sur Quebecor pour deux raisons.

La première est que, pour une organisation avec une telle influence culturelle, l’entreprise n’est pas souvent l’objet de critiques.

Les journalistes en lock-out, qui ont maintenant quitté le Journal de Montréal, fournissent quelques exceptions notables. Le blogueur médiatique Steve Faguy en est un autre. Son collègue à la Gazette Don Macpherson s’étire le cou à l’occasion. Il y a quelques gars des radios privées qui ridiculisent Quebecor, ainsi que quelques intellectuels, comme Marc-François Bernier, qui nous préviennent de la puissance du modèle de convergence de Quebecor.

Mais la majorité des gens haussent les épaules et se taisent : les politiciens, parce qu’ils ont trop à perdre, et les journalistes, parce qu’ils sont payés soit par Quebecor, soit par un compétiteur, ce qui nuit à la crédibilité de leur critique (ou parce qu’ils connaissent le penchant de Quebecor pour les poursuites coûteuses).

Quand je travaillais pour CTV, une filiale de Bell Media, j’avais ordre de ne pas discuter de la guerre des télécoms prévalente entre Bell et Quebecor. Je ne peux en produire les preuves parce que l’adresse kai.nagata@bellmedia.ca n’existe plus.

À l’époque, cette directive me semblait logique, puisque je savais que je ne pourrais jamais en discuter objectivement. Malgré cela, je trouvais bizarre de couvrir les méandres du dossier de l’amphithéâtre de Quebecor, tout en sachant que je travaillais pour le principal compétiteur de Péladeau. (Les Canadiens de Montréal, les vieux rivaux des Nordiques, jouent maintenant au Centre Bell de Montréal. Bell était apparemment l’autre soumissionnaire dans le projet d’amphithéâtre de Québec, mais a été rejetée au profit de Quebecor.)

J’écris tout cela en partie parce que ça fait du bien de finalement pouvoir le faire. Mais la vraie raison derrière ce texte est que je perçois ce qui se passe au Québec comme l’ébauche de ce qui viendra dans le reste du Canada.

J’ai déjà fait mention des 37 quotidiens du groupe. Depuis qu’elle a acheté Osprey et Sun Media, Quebecor est devenue la plus grande chaîne de journaux au Canada. Si vous lisez le Kingston Whig Standard le North Bay Nugget, le London Free Press, ou le Fort McMurray Today, vous lisez un quotidien Quebecor. Idem pour les journaux Sun d’Ottawa, Toronto, Winnipeg, Edmonton et Calgary. Les tabloïds « 24 Heures » dans les transports en commun sont de Quebecor eux aussi.

Vous avez probablement entendu parler de Sun News Network, même si vous ne l’écoutez pas. Leur slogan est « Canada’s home for hard news and straight talk ». On les appelle aussi officieusement « Fox News North ». Il s’agit d’ailleurs d’une comparaison dont le réseau est fier, puisque son objectif est de faire la promotion des idées de droite.

Dans la même veine, la chaîne Sun a pris l’habitude d’appeler la SRC le « diffuseur d’État » (« State Broadcaster ») et d’énormes efforts sont consacrés à remplir des demandes d’accès à l’information destinées à savoir combien les contribuables paient pour le yogourt matinal du PDG Hubert Lacroix, etc.

Si vous n’avez pas vu la chef d’antenne de Sun Krista Erickson s’en prendre à la danseuse contemporaine Margie Gillis à propos de subventions artistiques, l’ « entrevue » résume à elle seule ce dont il est question avec le réseau anglophone de Quebecor.

(L’hypocrisie devient claire quand on réalise que Quebecor a perçu 3,7 M$ l’an dernier en subventions fédérales aux publications. Et ce ne sont que des peanuts en comparaison d’un amphithéâtre payé par les contribuables.)

Vous pouvez aussi vous attarder à la « chasse aux communisssses » sur la tribune de la presse à Ottawa faite par le correspondant parlementaire Brian Lilley ou la défense passionnée des sables bitumineux faite par l’animateur Ezra Levant.

Via une étrange alliance avec les conservateurs albertains, Quebecor travaille à s’étendre au-delà de sa province natale et à continuer son projet à l’échelle nationale.

En 1997, un ex-député frustré du Reform Party nommé Stephen Harper a coécrit ce qui suit : « a strategic alliance of Quebec nationalists with conservatives outside Quebec might become possible, and it might be enough to sustain a government » (« Une alliance stratégique entre les nationalistes québécois et les conservateurs à l’extérieur du Québec pourrait être possible, et elle pourrait être suffisante pour garder un gouvernement au pouvoir. »)

À l’époque, il était irrité par ce qu’il appelait la « dictature bénigne » (benign dictatorship) du gouvernement du Parti libéral. Mais sa fascination pour le nationalisme québécois n’était pas qu’un flirt. Les recoupements philosophiques sont encore présents, et ils mènent à de drôles d’échos.

Durant la campagne électorale qui lui a permis d’obtenir une majorité, Harper répétait robotiquement la même métaphore : « Une mer d’ennuis s’abat sur nos côtes. Sous notre gouverne, le Canada est ce qui se rapproche le plus dans le monde entier d’un îlot de sécurité et de stabilité. »

Cette notion d’île assaillie devrait faire sonner des cloches chez ceux qui sont familiers avec le discours souverainiste. Entre les mains de Harper, c’est une prophétie auto-réalisatrice.

J’ai parlé plus tôt des murs de verre qui étaient en train de se mettre en place autour de l’aquarium. C’est en plein ce qui est en train de se produire au Canada. Je ne parle pas seulement du statut de notre gouvernement comme paria environnemental, associé à une réputation de faire le lobby de l’industrie de l’énergie ou encore de l’impressionnante collection de prix « Fossile du jour » émis lors de sommets sur le climat partout dans le monde qui garnissent ses tablettes.

Je ne parle pas non plus seulement du fait que nous ayons perdu notre siège au Conseil de sécurité de l’ONU, alors même que nous nous vantons de nos aptitudes au combat et de notre arsenal compatible avec celui des Américains. Ou encore de nos coupes dramatiques dans la science ou la statistique, qui justifient de surcroît des politiques de la loi et l’ordre qui font hocher la tête aux autres démocraties évoluées du monde.

Non, nous brisons consciemment des liens avec le monde externe. Notre gouvernement réduit les fonds attribués à des organisations humanitaires internationales si elles offrent des avortements, ou sont trop gentilles avec les Palestiniens. Du même coup, nous renforçons les restrictions à l’immigration en imposant des visas et en déportant des milliers de personnes chaque année.

On peut construire des murs de verre à partir de la langue, comme au Québec, ou on peut les bâtir avec de la peur. La peur d’être absorbé par l’Autre. La peur du terrorisme, du crime, d’une catastrophe économique. Il s’agit de l’environnement au sein duquel la convergence médiatique fonctionne le mieux : quand une population est divisée en ménages distincts, gardée dans l’ignorance, apeurée et divertie par la même entreprise.

En 2001, des politiciens québécois ont été avisés dans un comité parlementaire de garder un œil sur la tendance à l’intégration verticale de Quebecor. De hauts dirigeants de l’entreprise ont témoigné à l’effet qu’il n’y avait rien à craindre, les députés ont acquiescé et la compagnie a pu poursuivre ses acquisitions.

Une décennie plus tard, les politiciens du Québec se sont fait demander de moderniser les dispositions anti-briseurs de grève. Le problème était que Quebecor contournait l’esprit de la loi en traversant les piquets de grève de façon électronique durant le lock-out au Journal de Montréal. C’est de cette façon que la direction arrivait à publier chaque jour un quotidien complet alors que 253 employés faisaient du piquetage à l’extérieur.

Pierre Karl Péladeau a témoigné devant un comité, réussi à apaiser les craintes des députés et, encore une fois, aucune action ne fut entreprise.

Si le projet de loi sur l’amphithéâtre est adopté, les députés québécois seront complices d’avoir cimenté la domination médiatique complète de Quebecor dans la province.

La complicité est une chose, la participation active en est une autre. Ce n’est pas une coïncidence si Stephen Harper a dîné en 2009 avec Rupert Murdoch et le président de Fox News, Roger Ailes. Kory Teneycke était à table, lui aussi, en tant que porte-parole officiel de Stephen Harper. En 2010, Teneycke a rejoint Quebecor Media, où il est maintenant vice-président de Sun News Network.

Ce n’est pas aussi simple que d’accuser Stephen Harper de créer une aile propagandiste puis de démolir l’opposition. Présentement, Quebecor semble être l’allié naturel des politiciens de droite, mais ses compétiteurs apprennent rapidement.

Shaw, Rogers et Bell ont tous des empires de télécommunications et de télévision (Global, CityTV et CTV). Tous observent Quebecor attentivement. L’une des leçons est que vous n’avez pas à investir dans la qualité de la production pour attirer des spectateurs.

Les plateaux de Quebecor sont clinquants, ses visuels sont cheaps et son contenu international est largement fourni via Skype et Google Earth.

Une autre des leçons est que vous n’avez pas à investir beaucoup dans les grands projets journalistiques. Les gens vont se contenter d’images d’archives et de gens qui discutent à l’écran, pourvu que leurs opinions soient divertissantes.

Troisième leçon : vous n’avez pas à dire toute la vérité la plupart du temps. Les gens ne s’aperçoivent de rien si vous occupez les trous dans leur horaire avec du spectacle et des distractions.

Résultat : tous les grands joueurs réduisent leurs investissements dans l’information qui nécessitent des efforts pour les remplacer allègrement par du contenu plus léger qui, quand il ne se fait pas carrément le perroquet du message des Conservateurs, tend à renforcer les mêmes thèmes de peur et de négativisme. Quebecor n’a qu’un pas d’avance sur les autres.

Déjà, le service de téléphonie sans fil de Quebecor (Vidéotron) est disponible en Ontario. Sun News n’est disponible que par abonnement pour l’instant, mais son auditoire grimpe lentement. Le groupe des journaux demeure fort.

Tout semble être en place pour une bataille rangée entre quatre géants intégrés verticalement et il y a déjà quelqu’un qui est assuré de perdre : le citoyen. L’important n’est pas de savoir qui gagne, ou qui achète qui.

L’important est que ces entités se préoccupent d’abord et avant tout de leurs profits et de leur propre survie, pas de celle d’une démocratie en santé. Les temps ne sont donc pas appelés à s’améliorer dans le domaine du journalisme corporatif.

Après tout, la division la moins rentable d’une entreprise de télécoms n’est pas un endroit où il est tentant d’investir ses ressources au milieu d’une guerre de territoire.

Le débat public

J’ai reçu mon diplôme en journalisme à la veille de la récession. Je me répétais encore et encore à quel point j’étais chanceux de travailler à la CBC.

Ça ne fait pourtant pas si longtemps, en 2008, mais ça me rend déjà nostalgique. Je me souviens avoir été affecté à une entrevue avec Laura Whitehorn en tant que journaliste radio lors de son passage à Montréal.

Ex-membre du groupe révolutionnaire militant Weather Underground, Whitehorn a passé 20 ans de sa vie en prison pour son rôle dans une série d’attentats à la bombe et de vols à main armée aux États-Unis. L’entrevue était une méditation sur la place de la violence dans la résistance politique, et ils l’ont fait jouer dans le bulletin d’informations.

Une autre fois, j’ai produit un documentaire à propos de deux derviches, deux frères qui s’étaient convertis au soufisme islamique après avoir été dans une famille juive de banlieue.

Leurs grand-parents, des survivants de l’Holocauste, se sentaient profondément trahis par les nouvelles croyances de leurs petits-fils. Dans leurs dernières années, ils avaient néanmoins été capables de réconcilier leur amour envers eux avec leurs grosses barbes, leurs pantalons larges et leurs corans.

Tenant un microphone dans une salle sombre d’un temple, mes écouteurs amplifiant les notes perçantes du chanteur de Qawwalî, j’évitais les derviches et me disait : « Merci à Allah pour des endroits comme la CBC ».

Puis ils ont coupé 800 emplois. On nous a informés que les temps durs avaient officiellement commencé. Chaque semaine, les « temporaires » comme moi nous réunissions nerveusement autour de l’horaire pour savoir si nous avions toujours un emploi la semaine suivante.

Les cotes d’écoute sont devenues très, très importantes. Les projets spéciaux étaient tablettés. Puis de nouveaux bulletins ont été ajoutés tant à la radio qu’à la télé, de sorte que l’entreprise avait moins de personnel pour combler plus de temps d’antenne. Lentement mais sûrement, les champs d’intérêt de notre couverture et le temps dont nous disposions pour y travailler fondaient.

Je n’ai réalisé que beaucoup plus tard à quel point j’avais été chanceux durant ces quelques mois de grâce. J’ai trouvé ma voie en tant que journaliste dans ce petit coin du monde médiatique, juste avant que le toit ne parte au vent et que les lumières de la « logique de marché » ne nous illuminent.

Ce qui venait d’arriver à la CBC était arrivé il y a longtemps dans les réseaux privés. La récession n’avait fait que les rendre encore plus maigres et affamés. Les journalistes qui ont toujours un emploi savent qu’ils sont, pour la plupart, remplaçables. C’est suffisant pour s’assurer que la majorité des gens marchent dans le rang.

Pendant ce temps, la notion d’objectivité est décortiquée sous tous ses angles. Pendant longtemps, on pensait que le consommateur la désirait et punirait les entreprises médiatiques qui tenteraient de les manipuler. De nouvelles recherches montrent maintenant que les gens tolèrent une plus grande teneur en opinion.

Bien sûr, la disponibilité d’opinions préemballées est très pratique pour les familles modernes très occupées. Qui donc a le temps maintenant de former sa propre interprétation des événements?

Déjà, les reporters sont encouragés par des consultants à improviser un peu de saveur éditoriale dans leurs directs. L’expression d’opinions est tout à fait permise, à condition qu’elles reflètent les opinions de l’employeur et renforcent le statu quo.

D’autres voies d’expressions d’opinions, comme les médias sociaux, doivent porter un avertissement en détachant l’entreprise. Ce sont des conditions très malsaines pour cultiver un débat public.

Traditionnellement, les médias parlent d’eux-mêmes comme de miroirs de la société. Un reflet de la réalité.

Ce qui se produit au Québec actuellement, c’est que le miroir est en train de former lui-même sa propre réalité. C’est un avertissement auquel il vaut la peine de s’attarder, je crois, puisque nous sommes dans le même bateau.

Advertisements
6 comments
  1. I feel somehow duped. I wish there was more description for us who don’t speak or understand written French.

  2. Carl Patenaude said:

    This is pissing me off 😡

  3. Will you be covering the Occupy Movement in your travels, Kai?

Continue the conversation

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: